Le conseil financier progresse en France

Dans sa dernière étude « Global Investment Survey» menée auprès des investisseurs particuliers, Legg Mason constate qu’en France, plus d’un tiers des investisseurs français (34 %) travaillent avec un conseiller financier (contre 31 % l’an passé). Un chiffre proche de la moyenne mondiale (36 %) et qui place la France au troisième rang européen, derrière l’Italie et la Grande-Bretagne. Pour 47 % d’entre eux, passer par un conseiller financier est l’occasion de discuter de leurs idées d’investissement avec un professionnel et 45 % estiment que leur conseiller leur donne accès à des opportunités d’investissement qu’ils n’auraient pas trouvées eux même. En revanche, seuls 28 % pensent que le conseiller peut les aider à diminuer le stress associé aux décisions d’investissements.

Evidemment, le sujet de la rémunération de ce conseiller reste sensible puisque les investisseurs français (convaincus pour les trois quarts que les conseillers se rémunèrent par les commissions/ rétrocessions sur produits vendus) ne se déclarent prêts à payer que 829 euros d’honoraires annuels pour une prestation en continu de conseil en investissement.