Tracfin : Les établissements non-financiers représentent une part mineure des signalements

L'organisme a publié son rapport pour l'année 2015, et met en avant la participation accrue des professionnels de la finance aux signalements d'activités suspectes.

Les 45.266 informations reçues ont débouché sur 10.556 enquêtes, 448 notes à l’autorité judiciaire et 1.187 notes aux administrations partenaires, dont 51 transmises aux services de police judiciaire. Telle est la synthèse du bilan de l’activité des services de Tracfin au cours de l’année 2015.

 «Les événements majeurs qui ont marqué l’année 2015 ont, par ailleurs, été à l’origine d’une impulsion nouvelle donnée à la lutte contre le terrorisme et à son financement, par le renforcement des moyens et l’approfondissement de l’intégration de Tracfin au sein de la communauté du renseignement», indique le service de Bercy dans son rapport annuel.

Plus globalement, Tracfin précise que sur la quarantaine de professions assujetties au dispositif, les déclarations reçues des professions financières représentent 93% des signalements. En tête et de très loin, les banques ont représenté plus de 31.000 déclarations (en hausse de 6%) les compagnies d'assurances avec 2.159 déclaration (+52%) et les établissements de paiements avec 4.535 signalements (+176%) aidés par un passage de nombreuses structures de la catégorie banque à celle-ci.

Parmi les professions non-financières les experts comptables progressent certes de 33% mais n'ont représenté que 286 signalements, les professionnels de l'immobilier 35 (+21%) et les avocats 0 (contre un seul l'an dernier).

 

Fichiers: