En ce moment sur l'Agefi Actifs

Rassembler les indépendants autour d’un projet de coopérative

CGPI

Rassembler les indépendants autour d’un projet de coopérative

Laurence Montariol, gérant du cabinet de CGP Alfip, a mené une étude auprès de plus de 200 cabinets. Elle veut convaincre les professionnels du patrimoine de participer à la construction d’une coopérative

Nombre de conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) ne veulent pas intégrer les réseaux de franchise – qui d’ailleurs ont du mal à se maintenir – ni s’insérer dans un groupement. Pour autant, ils sont conscients que les marges de manœuvre se réduisent compte tenu des contraintes réglementaires et de l’érosion des marges, sans oublier les fournisseurs qui deviennent de plus en plus attentifs à la production, en termes de quantité et de qualité. Pour les cabinets qui ne souhaitent pas continuer seuls, alors que les concurrents de la profession captent 90 % des flux, pourquoi ne pas tenter le système de la coopérative ? Laurence Montariol, gérante du cabinet Alfip (Algorithme Finance et patrimoine), est convaincue que cette voie doit être explorée. Elle a bâti un projet qu’elle souhaite à présent proposer à tous les CGPI qui pourraient trouver un intérêt à ce type de rassemblement. Après tout, la structure coopérative n’a-elle pas fait ses preuves dans de nombreux domaines, à commencer par la banque ?

Une initiative qui apporte un peu de rêve à la profession

Philippe Davier, gérant du cabinet Elite Patrimoine à Marseille : « Le modèle de Laurence Montariol me semble un bon modèle participatif. Cette initiative a le mérite de nous apporter un peu de rêve et peut amener à mieux découvrir notre métier avec ses forces et ses faiblesses. La coopérative peut être un bon chemin à emprunter à condition qu’elle ait à sa tête des responsables qui ont une vision saine et juste de notre activité. Je suis pour ma part prêt à m’engager financièrement pour jeter les bases. »

Philippe Davier, après avoir vendu son cabinet de courtage en 2011, démarre depuis le mois de janvier une activité de conseil en gestion de patrimoine indépendant. 

Une alternative aux réseaux commerciaux. En tant qu’entreprise appartenant conjointement aux membres qui utilisent ses services, la gouvernance démocratique d’une coopérative peut convenir à l’organisation de la vie des cabinets d’indépendants. L’idée n’est pas de créer une nouvelle plate-forme mais un centre nerveux de la profession permettant de délivrer l’ensemble des services pour, entre autres, travailler en conformité avec l’environnement juridique, réduire les coûts sur les investissements à faible valeur ajoutée, organiser une centrale de référencement, travailler l’interprofessionnalité et construire les systèmes d’information nécessaires au développement commercial. Enfin, le projet présenté veut s’affranchir de tous les reproches dont les groupements et franchises ont pu faire l’objet jusqu’à présent, notamment sur l’absence de transparence des flux financiers.

Laurence Montariol - Alfip

Diplômée de l’Aurep (Université d’Auvergne), Laurence Montariol, après une carrière dans le commercial et marketing, notamment dans le domaine de la certification, a créé en 2009 la société Algorithme Finance et Patrimoine. Sur l’année 2013, elle a mis son activité entre parenthèses pour se consacrer à la conception et au développement d’un projet  d’innovation collaborative à destination des «petits » acteurs productifs (TPE, PME, indépendants, professions du chiffre et du droit) et au développement d’une plate-forme dénommée L’Alternative en lançant le site   http://www.investirenscpi.fr/.Le cabinet Alfip est situé à Paris rue de Grenelle.

 

Besoin d’un premier appel de fonds. S’agit-il réellement d’une innovation ? Bien entendu, beaucoup en  douteront. Reste que la conseillère en patrimoine a réalisé un lourd travail d’enquête auprès de 215 cabinets de conseil en gestion de patrimoine faisant ressortir les enjeux pour les années à venir de la profession et a établi un plan de lancement d’une structure coopérative. Elle invite ceux qui seraient intéressés de devenir membre à prendre contact avec elle. Mais pour transformer l’idée en projet, il y a des coûts : « La pré-étude de faisabilité du projet coopératif sera lancée si et seulement si un minimum de 200 cabinets indépendants cotisent à cette pré-étude, pour un montant estimé à 220 euros HT », précise Laurence Montariol. 

Réaction (0)
Service réservé aux abonnés ou Déjà abonné ? Identifiez-vous :
Dernière mise à jour à 16h24
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Identifiez-vous.
Pas encore abonné ?

Accédez à une offre plurimédia unique. (Magazine papier et digital, web, mobile, tablette)

Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
L’abonnement comprend :
  • Site web
    Accès illimité
    Un site réservé exclusivement aux abonnés. Version optimisée pour tablettes et smartphones.
  • Magazine
    24 numéros
    Une édition papier (le vendredi, tous les 15 jours) et une édition digitale (parution dès le jeudi) conçue et optimisée pour une lecture sur tablettes et ordinateurs.
  • Newsletters
    Par e-mail
    Deux newsletters indispensables. L’AGEFI Actifs quotidienne et Prévoyance et Retraite hebdomadaire.
Fermer
Abonnez-vous pour 21,50€/mois soit 258€/an
Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
En savoir plus