Le voilier « CGPI » met le cap sur Madère

Comme annoncé dans nos colonnes au mois de mars dernier, le cabinet de consulting CAP ouest, dirigé par Thierry Scheur, va débuter la course transatlantique Transquadra le 27 juillet prochain. L’opération de communication est financée par des cabinets indépendants et des fournisseurs
Le voilier CGPI

Comme son nom l’indique, la Transquadra est une épreuve réservée à des équipages de plus de 40 ans, qui se court à bord de bateaux de série, en solo ou en duo. Le départ aura lieu le 27 juillet prochain de Saint Nazaire pour rallier Madère. Il s’agit là d’une première étape car après 6 mois d’hivernage, les concurrents devront se lancer à travers l’Atlantique pour rejoindre le port du Marin à La Martinique. Environ une centaine de 100 bateaux seront sur la ligne de départ et, parmi eux le JPK 9,60, du cabinet Cap ouest qui portera les couleurs des CGPI.

L’Agefi Actifs. Derrière cette aventure, quel message souhaitez-vous faire passer aux acteurs du marché ?
Thierry Scheur.
- Je ne suis pas CGPI moi-même mais j’ai la chance de le côtoyer en permanence et je constate que la profession est encore très peu connue, trop peu reconnue dans l’univers de la gestion  de patrimoine et qu’elle mérite une autre place que celle qu’elle occupe actuellement. Très modestement et très humblement, je pense que je peux ainsi contribuer à cette reconnaissance et cette résonnance sans laquelle une profession ne peut s’affirmer. Je suis proche des professionnels qui constituent ce marché et les accompagne si souvent que je ne peux pas me défausser face à une responsabilité que nous devrions tous porter, de façon collégiale et uniforme, celle de l’image de la profession.

Pensez-vous que cette action de communication soit suffisante au regard des défis à relever pour la profession?
-       Il serait très prétentieux de le croire : bien sûr que non. Mais toute contribution est bonne à prendre et ce seront de multiples initiatives dès lors qu’elles sont coordonnées, qui permettront de faire connaître et reconnaître ladite profession. Déjà, je suis très fier d’avoir pu fédérer quelques 70 CGPI autour de ce projet qui m’apportent leur soutien, pécuniaire et moral, ce qui à entraîné la mobilisation spontanée de multiples acteurs de la filière métier : assureurs, sociétés de gestion, promoteurs de nue propriété immobilière, gérants de SCPI ou du private equity ou encore consultants et organisme de formation. Nous avons ainsi réussi à créer une véritable communauté, un réseau social même, fédéré autour de ce projet et dont le catalyseur sera le site internet Club patrimoine qui nous suivra tout au long de notre périple.
 

Thierry Scheur

Nous ne sommes pas parmi les favoris mais nous nous inscrivons clairement parmi les challengers sérieux avec une préparation assidue, un matériel parfaitement bien préparé et une stratégie qui nous conduira à trouver le meilleur équilibre entre la performance et la sécurité…un peu à la manière de la gestion de patrimoine