L’assurance française enregistre son plus fort recul depuis 1998

Selon la FFSA, le chiffre d’affaires du secteur a baissé de 6,2% en 2008, pénalisé notamment par la forte chute de l’assurance vie.

Triste année 2008 pour le marché français de l’assurance. Selon les estimations de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), le secteur a enregistré une baisse de 6,2% de son chiffre d’affaires par rapport à 2007, ressortant à 183,6 milliards d’euros à fin 2008. «Il s’agit de la plus forte baisse depuis 1998», a indiqué Bernard Spitz, président de la FFSA. La situation de l’assurance vie n’est bien entendu pas étrangère à ce résultat. Victime de la concurrence des placements court terme plus attractifs, dont le Livret A, l’assurance vie a en effet enregistré une deuxième année consécutive de baisse. A fin 2008, les cotisations ont reculé de 10,6% à 122,6 milliards d’euros, contre 137,1 milliards en 2007. La collecte nette (cotisations moins prestations) a pour sa part chuté de 47,5% à 28,4 milliards d’euros, contre 54,1% en 2007. «C’est le plus faible montant enregistré sur les dix dernières années», a commenté Jean-François Lequoy, délégué général de la FFSA. Si l’assurance vie ne fait plus recette, l’assurance des biens et responsabilités (IARD) a mieux résisté à la conjoncture actuelle. Le chiffre d’affaires du secteur a en effet progressé de 2,5% pour ressortir à 44,8 milliards d’euros. «Nous avons enrayé la baisse du taux de croissance - enregistré depuis 2002 - sur ce segment», a souligné Jean-François Lequoy. Malgré ces résultats contrastés, la FFSA s’est montrée particulièrement rassurante quant à la santé financière des assureurs français. «Même si la crise a impacté la valeur des actifs des compagnies, le secteur reste globalement solide, avec des niveaux de solvabilité élevés et robustes», a ainsi affirmé Bernard Spitz.