La gestion d'actifs doit relever le défi de l'internationalisation

Si le BCG prend soin de noter qu'il s'agit des meilleurs résultats depuis la crise financière pour la gestion d'actifs, il n'en appelle pas moins les sociétés de gestion à faire preuve de vigilance.

Une satisfaction et très vite une mise en garde. Telle est la teneur de la douzième édition du Boston Consulting Group (BCG) sur la gestion d'actifs publiée hier (*). Au rang des satisfactions, le BCG estime dans son rapport annuel  la valeur mondiale des encours sous gestion en 2013 à 51 700 milliards d'euros, avec des bénéfices pour le secteur en termes absolus à 70 milliards d'euros. Soit seulement 7% de moins qu'avant la crise. Quant aux résultats opérationnels avant impôts, ils représentent 39% des revenus nets en 2013, contre 41% en 2007.