La CNCGP poursuit son ascension

La CNCGP sera bientôt une association de courtiers d’assurance et d’IOB.
DR, Julien Seraqui, président de la CNCGP

La Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine (CNCGP) a publié le bilan de son activité pour l’année 2019. Une année qui aura vu le nombre de cabinets en gestion de patrimoine adhérents augmenter de plus de 8 %, contre + 5 % en 2018. Pour les conseillers, personnes physiques, la progression de 15 % est encore plus marquante. Au total, au 31 décembre 2019, l'association comptait 2.881 CGP représentés dans près de 1.600 entreprises.

Par ailleurs, le dépôt à l’Assemblée nationale d’une proposition de loi le 14 janvier dernier a placé le projet de création des associations de courtiers d’assurance et d’IOB au centre des travaux des associations professionnelles et la CNCGP n'y échappera pas.

Actuellement association de conseillers en investissements financiers, la CNCGP deviendra également, une fois son agrément obtenu de la part de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), association de courtiers en assurance et d’IOB. "La volonté affichée est d’intégrer uniquement les courtiers qui ont une activité proche de la gestion de patrimoine, c’est-à-dire en lien avec le conseil, l’épargne et le financement du patrimoine", explique la Chambre dans un communiqué, précisant que cette évolution sera soumise à l’approbation des adhérents à l’occasion de l’assemblée générale qui se tiendra cette année au mois de juin.

Côté formation, la CNCGP a poursuivi la supervision des heures de formation obligatoire de ses adhérents au titre de leurs activités de conseils en investissements financiers. La date butoir du 31 décembre 2019 a représenté un véritable enjeu pour les dirigeants ou les salariés de structure CGP puisque, en cas de défaut de formation, ces professionnels perdaient la faculté d’exercer leur métier. "Au final, seuls quatre CIF, dont deux dirigeants, se sont trouvés en défaut de formation", se félicite l'association.

Enfin, la Chambre a annoncé qu'elle travaillait actuellement avec certaines "des fintech les plus prometteuses" dans l’objectif de dénicher les futurs outils digitaux au service de la profession et de ses adhérents. Après l'outil dédié à la connaissance client proposé en 2018 et la solution destinée à l’amélioration de la connaissance financière et patrimoniale des clients en 2019, 2020 devrait donc également apporter son lot de nouveautés.