Karim Carmoun prend la tête de Robeco France

Son prédécesseur, Frédéric Lejeune, en place depuis 2015, était déjà absent depuis plusieurs mois.

Newsmanagers

Robeco France doit annoncer ce matin la nomination de Karim Carmoun, actuellement en charge de la distribution, comme nouveau responsable du bureau français et monégasque. Cette décision fait suite au départ de Frédéric Lejeune, absent depuis plusieurs mois «pour des raisons personnelles», affirme la société. Karim Carmoun, 44 ans, avait rejoint Robeco, filiale du japonais Orix, en avril 2014. Il a déjà eu l’occasion d’assurer l’intérim de la direction du bureau parisien suite au départ de Philippe Sabbah en 2015, prédécesseur de Frédéric Lejeune. Mais cette fois, cette nomination ne sera pas pour faire de l’intérim. «La stratégie du groupe Robeco au niveau international n’a pas changé, la France restant un pays central pour Robeco. Je suis en train de travailler sur une nouvelle stratégie pour la France qui allie continuité et développement sur d’autres axes. La continuité c’est de renforcer notre marque et notre présence sur la gestion durable et la gestion quantitative. Je souhaiterai également développer de nouveaux partenariats stratégiques, notamment avec la clientèle du monde assurantiel qui est en pleine mutation. Il s’agira d’avoir des partenariats plus forts, de faire davantage de sur-mesure pour nos clients», explique Karim Carmoun à NewsManagers.

Perte de deux mandats

En attendant d’en savoir plus début 2020, Robeco France devrait terminer l’année 2019 sur un bilan mitigé. Si au niveau du groupe, les encours étaient en progression à fin septembre et la collecte positive de plus de 6 milliards d’euros, les encours du bureau français devraient être plutôt stables sur la fin de l'année. La structure subit la perte de deux mandats dont un auprès du Fonds de réserve des retraites. «Pour le FRR, il s’agissait d’un mandat que nous gérions depuis de nombreuses années et qui a été renouvelé plusieurs fois. Le FRR nous avait prévenus dès l’année dernière qu’il allait être remis en jeu», explique Karim Carmoun. Robeco avait vendu alors à cet institutionnel prestigieux une expertise qui lui a permis de percer en France depuis 30 ans : celle de son affilié américain Boston Partners. Les encours de Robeco France, à 5,7 milliards d’euros environ (avant la perte du mandat FRR en octobre), étaient, il y a encore quelques années, gérés à 40% par cette filiale. Un chiffre descendu à moins de 25%.