Julius Baer s’apprête à tailler dans ses coûts après un exercice 2018 à oublier

La banque suisse entend réduire ses effectifs de 2% en 2019.
Adrian Moser

Par L’Agefi Quotidien - Boris Collardi n’aura pas vécu de l’intérieur l’annus horribilis de Julius Baer. L’ancien directeur général de la troisième banque suisse privée, à l’origine de sa robuste croissance de ces dernières années, était parti chez Pictet juste avant le début de l’exercice 2018, lequel a vu l’action Julius Baer chuter de plus de 40 %. Hier encore, le titre a clôturé sur un plongeon de 4,42%, à 37,80 francs suisses, après la publication des résultats annuels de la banque helvétique.