En ce moment sur l'Agefi Actifs

Décalages

Décalages

L'éditorial du rédacteur en chef de l'Agefi Actifs, Jean-François Tardiveau, paru dans notre numéro de rentrée.

En cette semaine de reprise, nombreux sont ceux qui ne pourront exhiber le teint halé des années précédentes. Coupable en la matière, le décalage horaire vu d’Europe pour goûter à l’olympisme de Rio, et au jeu des retransmissions en direct. Pour tout regarder, il aura en effet fallu veiller jusque tôt le matin devant son téléviseur, et s’isoler dès l’après-midi. Reconnaissons cependant aux champions qui se sont affrontés sous nos yeux fatigués de nous avoir fait vibrer dans une période estivale plutôt calme. Justement ! La question est bien là. Comment ne pas s’étonner que ce mois d’août ait été si paisible ? N’y aurait-il pas ici quelque chose d’anormal ?

Avant de prendre congé, rappelons-nous sur le plan politique l’état dans lequel nous avons laissé notre Vieux Continent. Si l’on exclut la crise politique espagnole - en passe de se régler -, on pense naturellement au « Brexit » dont les stigmates sur les marchés d’actions ont disparu. Ces derniers auraient, semble-t-il, intégré l’idée que la route de la séparation sera longue. Il n’empêche. Avec le vote britannique, les risques sont montés d’un cran. La question de la solvabilité du secteur bancaire transalpin s’inscrit clairement dans ce cadre. Par ailleurs, la liquidité des fonds immobiliers outre-Manche reste toujours un sujet, alors qu’un grand assureur britannique a annoncé mi-août une fermeture durant six à huit mois supplémentaires de son fonds.    

Sans passer d’un extrême à un autre, il est donc facile de trouver quelques décalages entre le ressenti et la réalité. A propos de décalages, arrêtons-nous en France sur celui annuel des déclarations de ressources et du paiement de l’impôt. Dans un rapport d’étape publié cet été, le gouvernement assure que l’imposition à la source sera une réalité en 2018 avec, au passage, une année 2017 charnière. L’impôt dû au titre des revenus non exceptionnels sera en effet annulé pour éviter une double imposition en 2018, explique-t-on. Cela dit, Bercy entend combattre toute tentative d’optimisation fiscale « agressive » et pour les versements exceptionnels de 2017, la taxation aura bien lieu en 2018…

En attendant, le dispositif plutôt complexe doit franchir un dernier obstacle de taille pour prendre corps : être mis en place par une nouvelle majorité politique, présidentielle de l’an prochain oblige. A ce titre, des membres de l’opposition ont d’ores et déjà laissé entendre qu’en cas de victoire, ils pourraient revenir sur un projet qu’ils jugent en substance inutile, dangereux pour les contribuables en matière de confidentialité et pénalisant pour les entreprises, partie prenante dans la collecte de l’impôt. Bref, avant même d’être finalisé, il n’est pas sûr que l’ensemble ne sera pas… recalé.

Réaction (0)
Service réservé aux abonnés ou Déjà abonné ? Identifiez-vous :
Dernière mise à jour à 10h33
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Identifiez-vous.
Pas encore abonné ?

Accédez à une offre plurimédia unique. (Magazine papier et digital, web, mobile, tablette)

Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
L’abonnement comprend :
  • Site web
    Accès illimité
    Un site réservé exclusivement aux abonnés. Version optimisée pour tablettes et smartphones.
  • Magazine
    24 numéros
    Une édition papier (le vendredi, tous les 15 jours) et une édition digitale (parution dès le jeudi) conçue et optimisée pour une lecture sur tablettes et ordinateurs.
  • Newsletters
    Par e-mail
    Deux newsletters indispensables. L’AGEFI Actifs quotidienne et Prévoyance et Retraite hebdomadaire.
Fermer
Abonnez-vous pour 21,50€/mois soit 258€/an
Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
En savoir plus