En ce moment sur l'Agefi Actifs

Crowdlending : le début de la consolidation du secteur

Crowdlending : le début de la consolidation du secteur

Le rachat de Finsquare par Lendix illustre un début de consolidation d'un secteur où les acteurs sont encore trop nombreux, estime Laurent Nizri, le président du Paris Fintech Forum.

Il n’y a pas lieu d’être surpris par le début de consolidation rapide du crowdlending illustré par le rachat de Finsquare par Lendix. L’Histoire des Fintech s’écrit très rapidement et nous devons nous habituer aux mouvements brusques. Un jour licorne le lendemain en faillite (powa technologies), inconnu il y a un an, leader en France du Crowdlending aujourd’hui (Lendix), 130 000 clients pour une offre de banque au quotidien en un an pour number 26 (Allemagne), rachat de Leetchi par Crédit Mutuel Arkea…

Le rachat du fonds de commerce de Finsquare vient néanmoins illustrer le fait qu’aujourd’hui il y a trop d’acteurs dans ce secteur. Le 28/01 dernier lors de la première édition du Paris Fintech Forum nous avions d’ailleurs une table ronde sur le thème « crowdfunding, crowdlending, crowdcrowded ? » Alors forcément certains fusionneront ou disparaitront. Ce sera sans nul doute l’une des sources de croissance des sociétés leaders à l’avenir pour faire émerger quelques « gros » acteurs.

De ce point de vue, quand se dégage un leader comme c’est le cas avec Lendix - le mieux placé pour croître davantage -, ce leader a un rôle à jouer. Il ne serait pas surprenant que la société développe ensuite des projets de consolidation hors des frontières françaises, puisque le surnombre d’acteurs du crowdlending n’est pas propre à la France et se retrouve partout en Europe.  De ce fait, il faut s’attendre à une poursuite des rapprochements. Certains se vendront pour des raisons de financements, d’autres pour des accidents de parcours.

Le cas du rachat de Finsquare par Lendix illustre également le fait que les acteurs de la Fintech nous donnent décidément de vraies leçons d’agilité jour après jour. Ils n’hésitent pas à nouer très rapidement des partenariats commerciaux pour mieux distribuer leurs offres au public, et comme on le voit aujourd’hui, ils savent aller vite pour mettre en œuvre des rapprochements gagnant/gagnant. Cet état d’esprit ne peut qu’être bénéfique pour la croissance du secteur.

On lit souvent que, pour le moment, le crowdlending n’offre pas les niveaux de croissance espérés. Mais rien n’aurait permis de parvenir aussi rapidement à ces niveaux car le buzz médiatique autour de la Fintech a poussé à l’inflation des différents business models, ou a minima de leur communication. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une activité très récente : Lendix a été lancé en 2015, dans un secteur lui-même très jeune.  L’un des défis majeurs du crowdlending reste d’évangéliser les emprunteurs aux bienfaits du prêt via ces plateformes. Il y a encore du chemin à parcourir. La confiance est ici un enjeu majeur car la croissance de ces plateformes passe par la connaissance du public. La pluralité des acteurs aide au début à défricher le secteur, mais au fil du temps elle peut nuire en semant la confusion. L’inévitable diminution du nombre d’acteurs sera en ce sens salutaire, elle permettra de mieux cerner les différents intervenants de la chaîne de valeur.

La consolidation sera aussi un instrument de diversification pour les Fintech. En effet elles se sont toutes (ou presque) lancées dans des secteurs de niches représentant une part bien spécifique de l’activité financière de leur clientèle cible. A  l’image de Finsquare et de ses prêts sur des périodes inférieures à 18 mois qui vient compléter l’offre de Lendix. Une des façon de croître pour les leaders de chaque secteur, dans un soucis de réelle création de valeur, sera ainsi de racheter des fintechs aux métiers complémentaires pour leurs bases de clientèle afin de capitaliser sur celle-ci.

Elle permettra enfin  de franchir un cap de développement. Car après le buzz médiatique qui a suivi leur émergence, vient la période de maturité. L’Orias l’a d’ailleurs pointé en rayant de sa liste plusieurs plateformes immatriculées en tant qu’Intermédiaire en financement participatif (IFP). Les volumes vont arriver, les risques d’exécution avec. Nous ne sommes certes pas encore arrivés à un tournant majeur mais il semble que le temps du buzz sur le thème du crowdlending comme grand disrupteur du marché soit terminé. Se posent maintenant des questions de fond sur l’exécution et l’évangélisation, pour in fine une croissance responsable et rentable. Seuls les acteurs les plus agiles, aux process d’exécution parfaits, et suffisamment armés financièrement pour faire face à leur croissance survivront.

*Réunion le 16 juin prochain de notre commission Paiement & Fintech que j’anime depuis 2011 avec entre autre une table ronde sur les divers modes de croissance pour les fintechs qui réunira les CEO de Leetchi, Limonetik, Lendix,etc…

Réaction (0)
Service réservé aux abonnés ou Déjà abonné ? Identifiez-vous :
Dernière mise à jour à 16h24
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Identifiez-vous.
Pas encore abonné ?

Accédez à une offre plurimédia unique. (Magazine papier et digital, web, mobile, tablette)

Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
L’abonnement comprend :
  • Site web
    Accès illimité
    Un site réservé exclusivement aux abonnés. Version optimisée pour tablettes et smartphones.
  • Magazine
    24 numéros
    Une édition papier (le vendredi, tous les 15 jours) et une édition digitale (parution dès le jeudi) conçue et optimisée pour une lecture sur tablettes et ordinateurs.
  • Newsletters
    Par e-mail
    Deux newsletters indispensables. L’AGEFI Actifs quotidienne et Prévoyance et Retraite hebdomadaire.
Fermer
Abonnez-vous pour 21,50€/mois soit 258€/an
Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
En savoir plus