CGPI : une crise différente

Annabelle Pando
Contraints à accélérer leur transformation digitale pendant le confinement, les CGP ont mis la relation client au cœur de leur activité. Si les cabinets plus solides ont saisi des opportunités de développement, l’ensemble du secteur est dans une situation attentiste, à l’image de l’économie

Comment les CGP libéraux vivent-ils depuis le 16 mars ? Comme l’ensemble des acteurs économiques, ils ont vécu trois séquences : la chute violente des places financières, l’arrêt quasi-généralisé de la planète économie, suivi d’une reprise au ralenti. « Ce fut un choc humain avant d’être une épreuve sur le plan professionnel, puis rapidement, on a compris que ça allait durer et se complexifier.