En ce moment sur l'Agefi Actifs

2026 Odyssée du numérique

2026 Odyssée du numérique © DR
© DR

L'éditorial de Benoit Baron, rédacteur en chef de l'Agefi Actifs.

Innovations technologiques, numérisation, ubérisation, économie collaborative…, notre monde bruisse de ces révolutions devenues inéluctables qui vont bouleverser nos modes de vie. Pour le meilleur ou pour le pire ? That’s the question. Il n’est pas un jour sans que l’on découvre l’influence grandissante de ces mutants, y compris régulièrement dans ces colonnes, mais qui en mesure précisément les conséquences ? Au risque de paraître pédant et sans être en aucun cas Docteur ès Anticipation, nous aurions tendance à citer notre compagnon Antoine de Saint-Exupéry : « L’avenir n’est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n’as pas à le prévoir, mais à le permettre ».

Or, il faut bien admettre que la permission est déjà engagée. Les transports, les voyages, les loisirs ou les biens culturels sont déjà largement régis par internet. Le chamboulement ne cesse de s’accélérer au point qu’il n’est pas absurde de penser que même le symbole Uber pourrait plus vite que l’on ne pense se dissoudre au gré de l’avènement de la voiture autonome. Les pessimistes souligneront que les robots, l’impression 3D et autres merveilles de la modernité portent en eux-mêmes les signes d’un chômage technologique de masse, touchant au premier chef les emplois peu qualifiés. Les convaincus avanceront au contraire que beaucoup des activités de demain n’existent pas encore et que c’est par l’adaptabilité permanente que se créeront les richesses. Il est en tout cas certain que les méthodes de travail, de management ainsi que l’organisation sociétale vont s’en trouver remuées en profondeur.Les métiers de la finance se révèlent tous les jours sous ces nouveaux atours : les plates-formes de paiement, les applications mobiles, le financement participatif ou la gestion robotisée sont plus que des germes. Dans sa dernière lettre, l’AMF observe au travers d’une enquête que l’utilisation du web dans l’épargne des Français est déjà une pratique courante : 37 % d’entre eux, par exemple, utilisent internet pour gérer leurs avoirs, en particulier leur assurance vie ou leur épargne salariale. Gain de temps, autonomie et accès rapide à l’information plaident en ce sens, à charge de veiller à la qualité des services en ligne, mais aussi à la cybersécurité.

Que l’on craigne ces mutations ou que l’on s’en réjouisse, il faut en tout cas s’y préparer et, chacun dans nos domaines, évoluer jour après jour.

 
Réaction (0)
Service réservé aux abonnés ou Déjà abonné ? Identifiez-vous :
Dernière mise à jour à 14h25
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Identifiez-vous.
Pas encore abonné ?

Accédez à une offre plurimédia unique. (Magazine papier et digital, web, mobile, tablette)

Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
L’abonnement comprend :
  • Site web
    Accès illimité
    Un site réservé exclusivement aux abonnés. Version optimisée pour tablettes et smartphones.
  • Magazine
    24 numéros
    Une édition papier (le vendredi, tous les 15 jours) et une édition digitale (parution dès le jeudi) conçue et optimisée pour une lecture sur tablettes et ordinateurs.
  • Newsletters
    Par e-mail
    Deux newsletters indispensables. L’AGEFI Actifs quotidienne et Prévoyance et Retraite hebdomadaire.
Fermer
Abonnez-vous pour 21,50€/mois soit 258€/an
Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
En savoir plus