Loi Pacte

Un nouvel élan pour la fondation actionnaire ?

Morgane Martin et Amélie de Bryas, directrice adjointe de l’Institut de gestion de Patrimoine à l'Université Paris Dauphine
La loi Pacte requiert que les entreprises soient gérées dans leur intérêt social et leur permet d’inclure dans leurs statuts une raison d’être
Dans cette logique les fondations actionnaires concourent à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général et à but non lucratif

« La fondation actionnaire n’est pas seulement une question de loi, mais d’idéologie ». Les mots de Thierry Lombard, président du family business network international et de la fondation Lombard Odier, résument l’état d’esprit des entrepreneurs qui recourent à ce type de structure.