Des précisions sur le nouveau dispositif fiscal dans l’ancien

Dans un entretien aux Echos, le ministre du Logement Julien Denormandie détaille les contours du nouveau dispositif qu’il a annoncé fin novembre, et qui devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2019.

Prévu pour une durée de deux ans, et destiné à remplacer le Cosse dans l’ancien, qui n’aura pas su attirer les investisseurs, le nouvel avantage fiscal doit être en vigueur le 1er janvier 2019. Il s’adresse aux investisseurs souhaitant réaliser un montant de travaux représentant 25 % du total de l’opération, dans la limite de 300.000 euros, et donne droit à une réduction d’impôt sur le revenu entre 12 et 21 % selon la durée de location, 6, 9 ou 12 ans à l'instar du dispositif Pinel.

L'aide s'adresse « aux particuliers qui souhaitent mener seuls les rénovations et indirectement aux promoteurs : ils pourront racheter des immeubles et revendre les appartements en faisant bénéficier leurs clients de ce dispositif », comme dans le neuf avec le Pinel, précise le ministre au journal économique.

L'avantage sera déployé « dans les territoires où les besoins sont identifiés, notamment les 222 villes qui ont signé des conventions dites « Cœurs de ville », mais aussi toutes les communes, quelle que soit leur taille, qui ont mis en place des opérations de revitalisation du territoire et que l’Etat souhaite accompagner », ajoute Julien Denormandie. La première année, l'enveloppe fiscale se montera à 120 millions d’euros dans les opérations Cœurs de Ville.