Directive MIF

Une obligation de conseil absolue de la banque

Johann Lissowski revient sur deux décisions de justice consacrant un devoir de conseil absolu
Et ce lorsque la banque recommande un instrument financier à un professionnel
Johann Lissowski, avocat

L’Agefi Actifs. - Par deux décisions de justice, vous estimez que les banques sont tenues à un devoir de conseil absolu lorsqu’elles recommandent un instrument financier...

Johann Lissowski. - Une incertitude demeurait à ce jour quant au fait de savoir si les obligations du banquier en matière de délivrance d’un conseil adapté s’appliquaient également aux clients dits « professionnels », classés comme tels par la directive MIF.