En ce moment sur l'Agefi Actifs

Une discrimination à revoir entre résidents et expatriés en matière de plus-value immobilière

Une discrimination à revoir entre résidents et expatriés en matière de plus-value immobilière

Pierre Appremont, Associé Wragge Lawrence Graham & Co, rappelle que depuis le 1er janvier 2014, les non-résidents cédant leur résidence principale à la suite de leur départ, sont imposés plus lourdement que les résidents déménageant sur le territoire français et réalisant la même opération !

Cette discrimination à l'encontre des personnes quittant la France résulte de la loi de Finances pour 2014, qui a souhaité, et ce n'est pas le moins surprenant, améliorer leur situation fiscale au regard des plus-values immobilières.

Rappelons le contexte : l'imposition des profits immobiliers des non-résidents a toujours été un sujet complexe, source de difficulté pour le Fisc.

L'objectif, bien compréhensible, est d'imposer en France les revenus des plus-values issues des biens immobiliers qui y sont situés, quand bien même le bénéficiaire de ces revenus est lui-même non résident fiscal français.

Cependant, de nombreux obstacles existent liés, tant aux conventions fiscales qu'au droit communautaire. Ainsi, le taux d'imposition des plus-values applicable aux non-résidents hors UE, de 33,1/3 %, à comparer au taux applicable aux résidents, de 19 %, a été censuré par les Tribunaux pour les résidents suisses.

De même, depuis 2011 la France applique aux non-résidents les prélèvements sociaux (CSG et assimilés de 15,5 %) au titre de leurs revenus et plus-values immobiliers, or s'agissant d'un prélèvement de nature sociale, cette imposition a fait l'objet d'une procédure d'infraction ouverte par la Commission Européenne l'année dernière.

Le nouveau texte, inclus dans le Collectif Budgétaire pour 2014, est fondé sur l'idée qu'il était nécessaire d'améliorer la situation des non-résidents, qui lors de leur départ de France ne vendaient pas immédiatement leur résidence principale mais commençaient par la louer, pour ensuite la céder dans un second temps.

En effet, dans un tel cas, il ne pouvait être considéré qu'ils cédaient leur résidence principale, puisque le bien avait été loué, la plus-value était donc imposable. Pour éviter cette situation et permettre cette cession en deux temps liée à la particularité d'une expatriation, la loi prévoit désormais que la plus-value liée à l'ancienne résidence d'un non-résident est exonérée, si elle intervient dans les 5 ans de son départ, quand bien même le bien a été loué sur cette période. Cependant, pour financer cet avantage, l'exonération applicable aux non-résidents est désormais plafonnée à un montant de 150 000 Euros, quelle que soit la situation du bien.

Le résultat est le suivant : si nous prenons la situation d'un cadre parisien, qui aurait acquis un appartement pour loger sa famille en 2000 pour 400.000 euros et le revend en 2014 pour un million d’euros, le traitement de la plus-value réalisée dépendra du point de savoir s'il déménage à Lyon ou à Rio.

Dans le premier cas, il sera tout simplement exonéré, dans le second l'exonération de la plus-value sera limitée à 150.000 euros et l'impôt dû sera d'environ 72.000 euros.

 

Cette situation qui n'était vraisemblablement pas recherchée par le Législateur, découle cependant du texte.

Elle est contestable à bien des égards :

- d'une part en termes d'équité, elle aboutit à imposer de façon différente deux personnes dans des situations semblables, selon leur lieu de destination, 

- ensuite d'un point de vue juridique elle est contraire, tout d'abord au principe de liberté d'établissement au sein de l'UE  puisque le cadre expatrié à Milan se verra imposer alors que celui muté à Marseille ne le sera pas. Ensuite, hors de l'UE, cette règle est contraire à la libre circulation des capitaux, puisqu'elle conduit à une imposition largement supérieure dans l'hypothèse où un français expatrié voudrait rapatrier dans son nouveau lieu de résidence la valeur de son bien immobilier situé en France, il devra acquitter un impôt qui ne serait pas dû par un résident français.

Une solution serait bien évidemment de vendre sa résidence principale avant de quitter la France, mais cette option n'est généralement pas possible pour un salarié qui s'expatrie à la demande de son employeur  et doit généralement occuper son nouveau poste rapidement.

Il n'y a plus qu'à espérer que le Gouvernement reviendra rapidement sur ce dispositif pour en modifier les règles et permettre l'exonération, sans limitation de montant, de la plus-value réalisée sur la résidence principale par  des personnes quittant la France dans des conditions similaires aux résidents fiscaux français (cession dans l'année qui suit le déménagement).

Réactions (2)
Service réservé aux abonnés ou Déjà abonné ? Identifiez-vous :
PHILIPPE KOPCIUCH
PV immobilière réalisée par des non-résidents
Bonjour, je ne comprends pas bien le raisonnement de l’auteur. Si le cadre est muté à Lyon, la cession de sa RP sera exonérée si elle est cédée alors qu’elle constitue encore sa RP (délai de cession d’un an accepté par l’administration). Si le cadre muté à Lyon cède sa RP 3 ans après son déménagement à Lyon, il ne bénéficiera pas de l’exonération de la PV de cession de la RP. Maintenant, si le cadre s’expatrie à Rio, qu’il met en vente sa RP et qu’il la cède dans un délai d’un an, il bénéficiera de l’exonération totale de sa PV de cession au titre de sa RP. S’il ne cède pas sa RP lors de son départ, deux régimes s’offrent à lui : - il ne loue pas sa RP : il bénéficie d’une exonération de sa PV de cession de son ancienne RP dans la limite de 150.000 € de PV nette (après abattements pour durée de détention) s’il la cède dans les 5 ans ; - il loue sa RP : il bénéficie de la même limite d’exonération à condition qu’il récupère son bien au moins à compter du 1er/01 de l’année précédant celle de la cession. Dans ce cas, il n’est pas tenu par le délai de 5 ans. Donc en conclure que le non-résident est plus lourdement imposé que le résident n’est pas si évident.
Nicolas Ducros
Réponse de l'auteur
Pour répondre à ce lecteur, si la personne s’expatrie, elle ne pourra plus bénéficier du régime applicable aux résidents à savoir l’exonération de la cession de sa résidence principale dans un délai raisonnable après son déménagement (1 an), il entrera de facto dans la catégorie des non-résidents et sera soumis au plafond d’exonération de 150K quand bien même le bien immobilier constituait sa résidence principale avant son départ et qu’il l’a vend rapidement après son déménagement.
Dernière mise à jour à 16h24
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Identifiez-vous.
Pas encore abonné ?

Accédez à une offre plurimédia unique. (Magazine papier et digital, web, mobile, tablette)

Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
L’abonnement comprend :
  • Site web
    Accès illimité
    Un site réservé exclusivement aux abonnés. Version optimisée pour tablettes et smartphones.
  • Magazine
    24 numéros
    Une édition papier (le vendredi, tous les 15 jours) et une édition digitale (parution dès le jeudi) conçue et optimisée pour une lecture sur tablettes et ordinateurs.
  • Newsletters
    Par e-mail
    Deux newsletters indispensables. L’AGEFI Actifs quotidienne et Prévoyance et Retraite hebdomadaire.
Fermer
Abonnez-vous pour 21,50€/mois soit 258€/an
Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
En savoir plus