L'investissement locatif épinglé par la Cour des comptes

Organiser « une sortie progressive et sécurisée des dispositifs récemment reconduits », et « renforcer la place des investisseurs institutionnels » dans la construction et la location de logements. Telles sont les recommandations de la Cour des comptes.

Des dispositifs  à « l’impact limité » et à l’efficacité « faible ». Dans un référé adressé le 17 janvier 2018 au Premier ministre, et publié le 10 avril, la Cour des comptes charge les avantages fiscaux qui se sont succédés ces vingt dernières en matière d’investissement locatif - Périssol, Besson, Robien, Borloo, Scellier, Duflot puis Pinel. Celle-ci a passé au crible le coût et l’efficacité de ces dépenses fiscales au regard des principaux objectifs qui leur sont assignés, à savoir l’appui au secteur du bâtiment et le soutien à l’offre de logements locatifs.