« Les clauses à options dans les contrats ne doivent pas inquiéter »

Jean Aulagnier
Jean Aulagnier, vice-président de l'Aurep

L’Agefi Actifs. - Qu’avez-vous observé en pratique qui vous porte aujourd’hui à proposer une rédaction à la main de la clause bénéficiaire ?

Jean-Aulagnier. - Le constat que l’on fait est d’évidence. L’assurance vie a été instrumentalisée comme support de la transmission d’une part croissante du patrimoine des épargnants. L’attribution bénéficiaire porte aujourd’hui sur des sommes de plus en plus significatives. Il ne s’agit plus de quelques milliers d’euros, mais bien de dizaines de milliers d’euros prélevés de fait dans le patrimoine de l’assuré.