L’AMF suspend l’interdiction sur les positions courtes nettes

La décision de l’ESMA d’abaisser le premier seuil de déclaration des ventes à découvert, de 0,2 % à 0,1 %, est toujours en vigueur.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé lundi 18 mai sa décision de suspendre la mesure exceptionnelle d’interdiction portant sur la création de positions courtes nettes et l’augmentation de positions courtes nettes existantes. Le gendarme financier, qui a observé "une normalisation progressive des indicateurs de risque du marché français" continuera à suivre attentivement les marchés dans leur ensemble.

La décision de suspendre cette mesure exceptionnelle a été prise en concertation avec l’ESMA et les autorités nationales autrichienne, belge, espagnole, grecque et italienne ayant pris des mesures similaires. Si jamais la situation des marchés le nécessitait, l'AMF appelle de ses voeux "une réaction coordonnée à l’échelle européenne"
  
Pour mémoire, considérant que l’épidémie de Coronavirus et les incertitudes entourant ses conséquences sur l’économie représentaient une menace sérieuse pour la confiance des marchés, l’AMF a annoncé le 17 mars dernier sa décision d’interdire pour une période d’un mois toute création d’une position courte nette et toute augmentation d’une position courte nette existante. Cette mesure avait été prolongée le 15 avril dernier jusqu’au 18 mai 2020 à minuit.

"Dans un marché uniformément orienté à la baisse avec des incertitudes considérables sur l’ampleur future de cette baisse, une montée des ventes à découvert aurait pu avoir une influence pro-cyclique que l’AMF a souhaité éviter en mettant en œuvre cette mesure exceptionnelle", explique le régulateur dans un communiqué. 

Depuis la mise en place de cette interdiction, l'AMF a observé une normalisation progressive. Les marchés ont réduit une partie de leurs pertes et les volumes de transaction et la volatilité sont revenus à des niveaux certes élevés par rapport à mi-février, mais qui reflètent les incertitudes des intervenants dans le contexte actuel. Observée jusqu’à 84 en clôture le 16 mars, la volatilité est ainsi revenue à un niveau de 30 et le volume quotidien moyen observé sur Euronext est passé de 12 à 4 milliards d’euros pour le CAC 40. Cette normalisation a aussi pu être observée sur les autres marchés ayant fait l’objet d’une interdiction similaire.

Par ailleurs, L’AMF rappelle que la décision de l’ESMA d’abaisser le premier seuil de déclaration des ventes à découvert, de 0,2 % à 0,1 %, est toujours en vigueur.