Emmanuel Macron attendu mardi sur la date de réouverture des commerces

Capucine Cousin
Le secteur espère une réouverture le 28 novembre.

Emmanuel Macron s'adressera aux Français mardi à 20h pour annoncer une adaptation des règles du confinement face à l'épidémie de Covid-19, a annoncé vendredi l'Elysée. Cette allocution télévisée interviendra une semaine avant l'échéance du 1er décembre, fixée par le chef de l'Etat lorsqu'il avait annoncé le reconfinement national le 28 octobre. Il s’est notamment traduit par la fermeture des commerces dits non-essentiels, ainsi que des bars et restaurants.  

Mais ces derniers jours, l’espoir d’une réouverture de ces commerces avant même le 1er décembre a enflé.

Les fédérations de commerçants, soutenues par Bruno Le Maire, espèrent pouvoir rouvrir dès le samedi 28 novembre, ce qui leur permettrait de gagner un précieux week-end. De fait, la fermeture des commerces dits non-essentiels pourrait entraîner un manque à gagner de 10,8 milliards d'euros pour la période novembre-décembre, estime l'assureur-crédit Euler Hermes. Si la mesure était levée début décembre, la perte de chiffre d’affaires tomberait à 4,4 milliards d'euros.

Vendredi dernier, les fédérations de commerçants ont accepté le report d’une semaine du Black Friday, ce temps fort promotionnel – normalement prévu le 27 novembre - qui représente désormais 6 milliards d’euros de ventes. «Sous réserve d'une réouverture des commerces d'ici là», ont-ils annoncé dans un communiqué commun, à l'issue d'une réunion sur le sujet avec le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Fnac Darty, Leclerc, et même l’entité française d’Amazon – qui a popularisé le Black Friday – ont avalisé cet accord.

Les commerçants ont aussi donné leur accord au protocole sanitaire renforcé présenté par Bercy. Celui-ci prévoit notamment que la surface exigée par client passe de 4m² à 8 m².

Leur objectif reste de convaincre l’Elysée de les autoriser à ouvrir le plus tôt possible. De fait, le gouvernement veut éviter que la réouverture des commerces ne coïncide avec un afflux important de clients dans les magasins. Pour le gouvernement, cela permettrait aussi d’éteindre la polémique à propos d’Amazon, perçu comme le principal gagnant de la fermeture des petits commerces non alimentaires.

Le chef de l’Etat rendra sa décision après avoir étudié les données sanitaires publiées lundi. Dimanche, la France enregistrait des chiffres en recul pour le sixième jour consécutif, avec 13.157 cas supplémentaires (contre 17.881 samedi) et 215 décès (contre 276 la veille) liés au Covid-19, selon Santé Publique France.