Des singularités relevées voire regrettées

Des oppositions se font entendre à l’égard de la transposition de la directive DDA. Sur un autre plan, les singularités du texte français basé sur MIF 2 sont pointées du doigt.

Le marché de la distribution des produits financiers et de l’assurance vie est résilient. Preuve en est le développement de l’activité et l’évolution à la hausse du nombre de conseillers en investissement financiers (CIF) ces dernières années. Ces opérateurs sont aujourd’hui à un tournant et ils le savent. Pas moins de trois textes d’origine européenne viennent toucher en profondeur leurs pratiques. C’est d’ailleurs de la transposition en droit français des directives DDA et MIF 2 que surviennent les difficultés.