Des exigences resserrées à tous les niveaux

Aucun produit ni aucun réseau de distribution n’échappe à l’attention des régulateurs et des magistrats
Les principes généraux sont désormais bien balisés, mais ils sont régulièrement mis en défaut par les intermédiaires
Fotolia

À la différence d’un vendeur de produits de grande consommation, le conseil en gestion de patrimoine (CGP) est tenu de respecter l’impératif du devoir de conseil. Rabâché sur tous les tons, ce principe connaît pourtant des applications diverses. Par exemple, si ce conseiller s’engage sur la base des préconisations fiscales qu’il délivre, de telles recommandations sont de plus en plus scrutées par les législateurs, aussi bien sur un plan européen que national.