Le stock de plus-values latentes des assureurs atteint un niveau record

Comment endiguer le risque commercial que représenteraient des taux de rendements en forte diminution sur les fonds euros ?

Les contrats en unités de compte (UC) représentent un segment particulièrement dynamique de la collecte des assureurs vie, notamment au cours du troisième trimestre. Dans le même temps, l’ACPR dans son dernier travail d’analyse a constaté « un affaiblissement, voire une inversion, de la tendance à l’arbitrage des contrats en UC vers les contrats en euros ».

Comment endiguer le risque commercial que représenteraient des taux de rendements en forte diminution sur les fonds euros ?

Pour les assureurs, la réponse passera sans doute par le recours au stock de plus-values latentes qui, au troisième trimestre, a poursuivi une progression engagée depuis deux ans.

« Celui-ci atteint un niveau record de 147 milliards d’euros, mais cette progression (+14 % de juillet à septembre) est uniquement soutenue par les plus-values sur titres d’État (+21 %, France comprise), dans un contexte de niveau bas et convergent des taux souverains. De plus, la progression trimestrielle masque un léger recul des plus-values en septembre ».

L’essentiel de la hausse sur le trimestre provient des titres obligataires (souverains, +11,3 milliards, et autres obligations +6,5 milliards). Les actions enregistrent en revanche une baisse qui vient compenser quelque peu la progression observée depuis 2 ans.