Assurance vie

Timide entrée en scène de l'Eurocroissance

Les contrats d’assurance vie de nouvelle génération peuvent désormais compter des fonds en euros, des unités de compte et des supports croissance
Fotolia

Environ neuf mois après sa création officielle par la loi de Finances rectificative pour 2013, le fonds croissance dispose, depuis la mi-septembre, de toute la panoplie réglementaire pour investir le marché de l’assurance vie.

C’est Predica, filiale de Crédit Agricole Assurances, qui ouvre le bal avec l’annonce du lancement, le 16 octobre dernier, du premier support Eurocroissance, dénommé Objectif Programmé, qui sera distribué par les Caisses régionales du Crédit Agricole et LCL. Avec une durée pouvant s’étaler entre 8 et 40 ans et des niveaux de garantie au terme compris entre 80 % et 100 %, l’assureur vise large au sein de sa gamme patrimoniale, prend-il bien soin de préciser. D’autres compagnies lui emboîteront le pas lors des dernières semaines de 2014 et des premiers mois de 2015. Mais pas toutes. Bon nombre d’organismes assureurs s’interrogent encore : « Faut-il en être ou ne pas en être ? », au regard des éléments qui ne plaident guère en faveur de l’Eurocroissance, à commencer par les niveaux de taux d’intérêt.