En ce moment sur l'Agefi Actifs

Sur le marché de l’assurance vie, les indépendants concentrent 43 % de la collecte vers les unités de comptes

Sur le marché de l’assurance vie, les indépendants concentrent 43 % de la collecte vers les unités de comptes

De leurs côtés, BNP Paribas, Axa et Allianz se démarquent dans l'assurance vie. Les trois groupes se sont arrogé 45 % de la collecte en unités de compte en 2013, selon le cabinet Facts & Figures.

Par l'Agefi Quotidien, le 15/06/2015

Face à la baisse continue du rendement des fonds en euros, investis majoritairement en obligations, certains acteurs de l'assurance vie tirent leur épingle du jeu. BNP Paribas, Axa et Allianz concentrent 45% de la collecte française en unités de comptes (UC qui regroupent des fonds actions, immobilier... sans garantie en capital), pointe le cabinet de conseil Facts & Figures dans son baromètre 2015 de l'assurance vie, dévoilé vendredi dernier. 

Portant sur l'année 2013, ces chiffres montrent que «ces groupes ont fait le choix de limiter ou plafonner leur collecte en euros, analyse Cyrille Chartier-Kastler, fondateur de Facts & Figures, pour des questions d'optimisation de la rentabilité du capital et de préparation de Solvabilité 2», la directive européenne qui encadre la politique d'investissement des compagnies.
La banque et les deux assureurs cotés seraient plus sensibles aux évolutions réglementaires que les groupes coopératifs et mutualistes, selon le cabinet de conseil. Ainsi BNP Paribas s'arroge 21% du marché des UC en 2013, avec 4 milliards de collecte sur les contrats individuels, devant Axa à 2,4 milliards (13%) et Allianz à 2,1 milliards (11%). Le Crédit Agricole et CNP Assurances (fournisseur de La Banque Postale et des Caisses d'Epargne) arrivent en 4e et 5e positions, alors que les deux leaders de la bancassurance dominent la collecte en euros (17% chacun).

Hormis BNP Paribas, les banques engrangent plus de souscriptions sur les fonds en euros (55% en moyenne) que sur les UC (39%). Face à la difficulté de vendre, dans les réseaux, des contrats n'offrant aucun rendement prévisible, certains établissements préfèrent mener après coup«des campagnes d'arbitrage pour transférer des contrats en euros vers des unités de compte», une fois qu'ils atteignent «20 ou 30.000 euros», explique Cyrille Chartier-Kastler. A l'inverse, les indépendants (courtiers, conseillers en gestion de patrimoine, etc.) concentrent 43% de flux totaux en UC, pourvoyeuses de rétrocessions, et seulement 26% de la collecte en euros. 

Du côté des consommateurs, «ce n'est pas le meilleur moment pour aller vers les unités de compte», prévient le fondateur de Facts & Figures, compte tenu du niveau élevé des marchés actions. Selon lui, les UC offrent sur les 20 dernières années une performance moyenne de 4,35%, comme les contrats en euros. Ces derniers devraient toutefois servir un taux moyen de seulement 2,25 % en 2015 et 2,05% en 2016, estime Facts & Figures.

Réaction (0)
Service réservé aux abonnés ou Déjà abonné ? Identifiez-vous :
Dernière mise à jour à 14h25
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Identifiez-vous.
Pas encore abonné ?

Accédez à une offre plurimédia unique. (Magazine papier et digital, web, mobile, tablette)

Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
L’abonnement comprend :
  • Site web
    Accès illimité
    Un site réservé exclusivement aux abonnés. Version optimisée pour tablettes et smartphones.
  • Magazine
    24 numéros
    Une édition papier (le vendredi, tous les 15 jours) et une édition digitale (parution dès le jeudi) conçue et optimisée pour une lecture sur tablettes et ordinateurs.
  • Newsletters
    Par e-mail
    Deux newsletters indispensables. L’AGEFI Actifs quotidienne et Prévoyance et Retraite hebdomadaire.
Fermer
Abonnez-vous pour 21,50€/mois soit 258€/an
Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
En savoir plus