Les compagnies d’assurance vie épinglées sur leur prise en compte du risque climatique

Le risque climatique est très largement tenu pour « négligeable » par les équipes d’experts des compagnies d’assurances, selon le Think tank Shift project.
Fotolia

L’Observatoire 173 Climat – Assurance Vie, publié par le Think tank Shift Project, lundi 15 juillet 2019, analyse les rapports sur la solvabilité et la situation financière, dits RSSF, des principales compagnies d’assurance vie françaises(1). Il constate « deux sons de cloches sur la matérialité du ‘risque climat’ dans l'assurance vie ».

En effet, si « au sein du secteur financier, la prise de conscience de la gravité et du caractère systémique du risque climat est de plus en plus forte, comme en témoignent un nombre croissant des rapports sur le sujet », « pourtant la prise en compte effective de ce même risque, c’est-à-dire la mise en œuvre de politiques et de mesures destinées à le prévenir concrètement, semble à peine embryonnaire », conclut le Think tank, à l’issue de l’analyse de ces rapports. Selon cet organisme, « le risque climatique est très largement tenu pour négligeable par les équipes d’experts », ceux-ci ne trouvant « manifestement au risque climatique pas de matérialité financière dans le présent ».

Le rapport de l’Observatoire 173 montrent « la même dissonance au sein des institutions qui supervisent ou fédèrent le secteur de l’assurance », que ce soit au niveau national (ACPR, FFA), européen (la banque centrale européenne : ESRB ; la tutelle européenne : EIOPA) et international (l’association internationale des tutelles : IAIS). "Lorsque ces mêmes institutions (ou d’autres) publient un rapport sur le secteur assurantiel et ses risques en général, à travers des analyses globales, le risque climat disparaît alors très souvent du radar". 

(1) Sogecap, Crédit Agricole assurances, Cardif Assurance vie, BPCE Vie, CNP Assurances SA, ACM Vie, Generali Vie, Aviva Vie, Axa France Vie, Allianz Vie, Covea.