Le taux de revalorisation des rendements en assurance vie ressort à 2,54 % pour 2014

Dans une étude en ligne sur le site de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), il est notamment rappelé que ce taux s’inscrit dans une dynamique à la baisse observée depuis 2007, de 4,1 % en 2007 à 2,8 % en 2013.
Source: ACPR

L’ACPR a remis comme chaque année son étude concernant les taux de rendement des supports en euros des contrats d’assurance vie. Le document est accessible en ligne ICI. Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés « appelle une vigilance particulière du superviseur », au regard de ses objectifs à la fois de contrôle prudentiel et de suivi des pratiques commerciales en assurance vie.

Le taux de revalorisation moyen, net de frais de chargement, pondéré par les provisions mathématiques correspondantes pour les contrats individuels sur leur fonds euros (avant prélèvements fiscaux et sociaux) s’élève à 2,54 % au titre de 2014. Ce taux s’inscrit dans une dynamique à la baisse observée depuis 2007 (de 4,1 % en 2007 à 2,8 % en 2013), en lien avec la contraction des taux obligataires.

En cause notamment les taux longs sur obligations souveraines françaises ont atteint des niveaux historiquement bas en 2014 à hauteur de 1,66 % en moyenne annuelle

La baisse de la rémunération des contrats d’assurance-vie et de capitalisation individuels, a été préconisée en octobre 2014, par Christian Noyer, président de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), afin de maintenir un niveau de solvabilité acceptable pour les assureurs. Le recul de la rémunération (-0,26 point) aurait pu être plus important au regard de la baisse observée sur les taux souverains français en 2014 (-0,55 point). Il convient d’ailleurs de noter que les taux souverains ont encore continué à se dégrader en 2015, pour revenir autour de 0,57 % en moyenne sur les 5 premiers mois de l’année.

En conséquent, en 2014, seuls 34 % des contrats, en termes de provisions mathématiques, affichent un taux de revalorisation supérieur à 2,7 %, contre 61 % en 2013. De plus, 71 % des contrats, en termes de provisions mathématiques, ont été revalorisés à au moins 2,2 % en 2014.