Le robo-advisor Birdee lance un contrat d’assurance vie

Partenaire de l’offre, BNP Paribas Cardif assurera la gestion des contrats des assurés.

L'Agefi Quotidien

Un an après son lancement en France, Birdee s'attaque à un nouveau marché. La filiale de la fintech Gambit Financial Solutions rachetée en 2017 par BNP Paribas Asset Management a annoncé hier le lancement en France de «Birdee Vie», sa première offre d’assurance vie destinée aux particuliers. Partenaire de l’offre, BNP Paribas Cardif assurera la gestion des contrats des assurés. Il s’agit du deuxième partenariat de Birdee avec un assureur : en 2018, son alliance avec Cardif Lux Vie a convaincu 22.000 clients, représentant près de 170 millions d’euros d'encours.

Accessible à partir d'un versement initial de 1.000 euros, ce contrat d'assurance vie met à disposition de l'épargnant une large gamme d'ETF intégrant des critères responsables. Les frais associés au contrat sont fixés à 1% par an. «Il nous manquait un contrat d’épargne qui soit distribué de manière totalement digitalisée», explique Pascal Perrier, directeur réseaux CGP courtiers & ebusiness de BNP Paribas Cardif France. «L’assurance vie est un outil supplémentaire pour aider les épargnants à faire fructifier leur argent», ajoute Geoffroy de Schrevel, directeur général de Gambit Financial Solutions et cofondateur de Birdee.
 

Parier sur les unités de compte

En France, 16,7 milliards d’euros ont été placés sur des contrats d’assurance vie entre janvier et juillet 2019 selon la FFA. Fin juillet 2019, les encours totaux de l’assurance vie s'élevaient à 1.754 milliards d'euros. «Le marché de l’épargne est gigantesque et l’investissement financier est très faible. Les robo-advisors n’ont pas encore capté une part importante du marché», reconnaît Geoffroy de Schrevel. En effet, la collecte de l’assurance vie via des robo-advisors ne représente que 3% des 23 milliards d’euros de la distribution en ligne.

Au même titre que Boursorama qui veut parier sur l'assurance vie en 2020, Birdee et BNP Paribas Cardif misent sur la loi Pacte dont l'objectif vise à orienter l’épargne des Français vers l’économie réelle. «La loi Pacte va attirer les investisseurs vers les unités de compte (UC). Avoir un robo-advisor qui aide aux décisions d’investissement prend tout son sens», est persuadé Pascal Perrier. Créée en 2007, Gambit compte 80 salariés et est présente dans cinq bureaux (Belgique, Luxembourg, France, Singapour, Buenos Aires).