L’assurance vie française ne fera pas l’économie d’une douloureuse transition

Valéry Jost, associé, Forsides
Valéry Jost, associé, Forsides livre une analyse de la réforme des taux garantis qui se prépare en Allemagne. Un point de vue éclairant à l’heure où le marché français, pourtant bien moins engagé sur des garanties de taux, s’interroge sur l’avenir du fonds en euro

Depuis le début du mois d’octobre, l’intention affichée par le gouvernement allemand de mettre un terme à la garantie de taux des contrats d’assurance vie a suscité une vive émotion en Allemagne.

 

Il est vrai que l’assurance vie y occupe comme en France une place privilégiée dans l’épargne des ménages, avec 92 millions de polices en cours, 93 milliards d’euros de versements en 2014, un rôle affirmé dans la préparation de la retraite, et que le taux garanti en est la pierre angulaire.